Accueil - - - MATERIAUX USINAGE Safran Aircraft Engines et MTU Aero Engines annonce un partenariat pour le développement du moteur des avions de combat de nouvelle génération

Safran Aircraft Engines et MTU Aero Engines annonce un partenariat pour le développement du moteur des avions de combat de nouvelle génération

0
0
242

 

Safran Aircraft Engines et MTU Aero Engines annonce un partenariat pour le développement du moteur des avions de combat de nouvelle génération dans - - - MATERIAUX USINAGE

L’accord du 6 février entre Safran et MTU a été signé entre les PDG des sociétés (assises), respectivement Philippe Petitcolin (à gauche) et Reiner Winkler (à droite). (photo: Safran)

 

La Délégation générale pour l’armement (DGA) française a octroyé à Safran un contrat d’un montant de 115 millions d’euros (201 millions d’euros) pour 2019-2024, afin d’étudier l’architecture de la chambre de combustion et de la turbine haute pression du nouveau moteur. La poussée sera supérieure à celle du M88, ce qui obligera Safran à concevoir de nouveaux alliages pour des aubes capables de résister à des températures supérieures à 2 000 degrés Celsius, contre 1 850 degrés actuellement rencontrés dans le M88. Sur la photo L’accord du 6 février entre Safran et MTU a été signé entre les PDG des sociétés (assises), respectivement Philippe Petitcolin (à gauche) et Reiner Winkler (à droite). (Crédit photo: Safran)

La société française Safran Aircraft Engines (groupe Safran) et la société allemande MTU Aero Engines ont annoncé le 6 février un partenariat pour mener conjointement le développement du moteur destiné à équiper les avions de combat de nouvelle génération. Ce programme fait partie du programme Système de combat aérien du futur (SCAF) / Système de combat aérien du futur (FCAS). L’annonce a été faite sur l’un des sites du groupe Safran à Gennevillers, près de Paris, en présence des ministres de la Défense français et allemand, Florence Parly et Ursula von der Leyen. Paris et Berlin ont également annoncé un contrat initial de deux ans d’un montant de 65 millions € (74 millions USD) pour Dassault Aviation et Airbus portant sur une étude de concept commun (JCS) de l’architecture mondiale de ce chasseur de 6ème génération, qui sera plus furtive que les précédents modèles et fonctionnalités. une configuration delta bi-moteur sans queue.

Le JCS est basé sur le document binational de haut niveau sur les exigences opérationnelles communes (HLCORD) signé au salon aéronautique ILA de Berlin en avril 2018 entre les ministres de la Défense français et allemand. Le SCAF / FCAS succédera aux Dassault Rafale et Eurofighter Typhoon. Un premier prototype pourrait voler entre 2025 et 2026 avec une mise en service complète prévue vers 2040.

Eric Trappier, président-directeur général de Dassault Aviation, a déclaré: «Cette nouvelle étape est la pierre angulaire de l’autonomie stratégique européenne de demain et du maintien de notre continent en tant que leader mondial dans le domaine crucial des systèmes de combat aérien. »

Safran et MTU vont développer un moteur entièrement nouveau pour SCAF / FCAS. Dans le cadre de ce partenariat, Safran Aircraft Engines prendra en charge la conception et l’intégration des moteurs, tandis que MTU se chargera des services moteurs. La société allemande sera également responsable des compresseurs basse et haute pression et de la turbine basse pression, tandis que Safran sera responsable de la chambre de combustion, de la turbine haute pression et du système de postcombustion, en tirant parti de l’expérience acquise avec le M53. (Mirage 2000) et M88 (Rafale). La joint-venture Aerospace Embedded Solutions (détenue à 50-50 par Safran et MTU) sera chargée du matériel et des logiciels de contrôle des moteurs sous la direction de Safran Aircraft Engines.

«Au travers de cette collaboration, qui représente un pas en avant, nous montrons que Safran va jouer un rôle moteur dans la construction de l’industrie européenne de la défense», a déclaré Philippe Petitcolin, PDG de Safran. Reiner Winkler, PDG de MTU Aero Engines, a déclaré: «Ce programme représente une étape importante pour la souveraineté européenne en matière de technologie des moteurs militaires.» La coopération entre Safran et MTU a débuté en 1962 lorsque les sociétés (comme Hispano-Suiza et MAN) ont commencé à construire la Rolls-Royce. Tyne turbopropulseur sous licence pour les avions militaires Transall et Atlantic. La coopération s’est poursuivie dans les années 80/90 avec le MTR 390 (hélicoptère Tiger), puis le transport TP400 (A400M).

Lors de la cérémonie du 6 février, Safran a également inauguré un nouveau centre de recherche de 3 000 mètres carrés (32 400 pieds carrés) pour les aubes de turbines avancées à Gennevilliers. L’installation compte environ 30 ingénieurs et dispose de machines et d’équipements à la pointe de la technologie, ce qui leur permet de mener à bien les travaux de développement requis par les aubes de turbine de nouvelle génération. Les technologies innovantes à l’étude et au développement comprennent la conception multidisciplinaire, la coulée monocristalline, les noyaux céramiques imprimés en 3D, les revêtements thermiques, les circuits de refroidissement, les processus numérisés, le microperçage auto-adaptatif et les tests non destructifs basés sur l’intelligence artificielle.

La Délégation générale pour l’armement (DGA) française a octroyé à Safran un contrat d’un montant de 115 millions d’euros (201 millions d’euros) pour 2019-2024, afin d’étudier l’architecture de la chambre de combustion et de la turbine haute pression du nouveau moteur. La poussée sera supérieure à celle du M88, ce qui obligera Safran à concevoir de nouveaux alliages pour des aubes capables de résister à des températures supérieures à 2 000 degrés Celsius, contre 1 850 degrés actuellement rencontrés dans le M88.

Pour le SCAF / FCAS, les prochaines étapes pourraient avoir lieu lors du salon aéronautique de Paris en juin, de nouveaux contrats étant attendus pour des démonstrateurs technologiques de moteurs et de cellules d’aéronefs. Les sources de financement ont évalué le coût total de ce programme à environ 100 milliards d’euros (114 milliards de dollars). Le programme a suscité certaines inquiétudes en Allemagne, où le parti CDU (auquel appartient Ursula von der Leyen) a affirmé que l’industrie allemande avait reçu une part de travail plus petite que celle française.

Source:

https://www.ainonline.com/aviation-news/defense/2019-02-07/engine-partnership-announced-scaf-fcas-receives-first-contract

 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par JC-GIROUD
Charger d'autres écrits dans - - - MATERIAUX USINAGE

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Wolf Oil propose quatre nouveaux lubrifiants poids lourds CK-4 et FA-4.

    WOLF PRÉSENTE QUATRE NOUVEAUX ARRIVANTS DANS SA GAMME DE PRODUITS POUR POIDS…