Accueil - - - IMPRESSION 3D - USINE DU FUTUR. Intelligence artificielle. Imprimer ses pièces d’usure en 3D avec Igus.

Imprimer ses pièces d’usure en 3D avec Igus.

0
0
95

igus

Le spécialiste des plastiques en mouvement vient d’augmenter sa capacité d’impression 3D, avec de nouvelles imprimantes FSL.

Le groupe Igus a augmenté sa capacité d’impression 3D de pièces d’usure afin d’accroître son service dédié à la livraison rapide de pièces résistantes à l’usure imprimées en polymères. « La très forte demande en solutions spéciales résistantes à l’usure à laquelle doit faire face notre service impression 3D nous a amenés à en tripler les capacités par l’acquisition de nouvelles imprimantes FSL », a expliqué Christophe Garnier, responsable de la division Iglidur d’Igus.

Ce service permet de se procurer rapidement des pièces de rechange sans graisse, pour la construction de prototypes ou pour la fabrication de petites séries.

Pour cela, il suffit de se connecter sur le site internet Igus.fr, de charger les données CAO, de choisir le matériau puis d’envoyer la commande.
Selon le spécialiste des plastiques en mouvement, le matériau FSL iglidur I3, très résistant à l’usure, est alors déposé sur la plateforme de travail et fritté à l’aide d’un rayon laser.

Fournir des composants rapidement

Les imprimantes FSL utilisée par Igus ont la capacité de fabriquer des formes simples et complexes, ainsi que des solutions mobiles. « Une installation FSL avec un périmètre de travail de 220 x 170 x 300 millimètres est par exemple capable de fabriquer 5 000 paliers lisses d’un diamètre intérieur de 10 millimètres en l’espace de 30 heures », précise Christophe Garnier. Le frittage laser permet de fournir des composants rapidement, « mais aussi avec une plus grande résistance et un prix moins élevé qu’avec le procédé dépose filamentaire », ajoute-t-il.

Le spécialiste des systèmes de chaînes porte-câbles assure que les coûts élevés liés notamment à la fabrication de moules d’injection sont éliminés et les éventuelles modifications de design peuvent être assurées, de manière simple, à l’ordinateur, alors que c’est toute la forme de l’outil qui devrait être modifiée pour un moulage par injection conventionnel. « Sans compter qu’il n’y a pas de différence de prix entre formes complexes et formes simples », souligne-t-il.
Si un client souhaite faire fabriquer des roues dentées résistantes à l’usure, cite en exemple Igus, il pourra choisir dans le service d’impression 3D le matériau FSL iglidur I6 adéquat, mis au point spécialement pour les roues dentées. Mais pour les séries jusqu’à 4 000 pièces, il est aussi possible de réaliser en fabrication additive des moules d’injection qui pourront plus tard être utilisés dans la machine d’injection, affirme le groupe allemand, dont la filiale en France se situe à Fresnes (Val-de-Marne). « L’avantage réside ici dans le fait que l’utilisateur peut choisir le matériau qui lui convient parmi plus de 50 matériaux Iglidur », signale Igus. ( machinesproduction 31/1/19 )

igus.fr

IGUS - Imprimer ses pièces d’usure en 3D avec Igus

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par JC-GIROUD
Charger d'autres écrits dans - - - IMPRESSION 3D - USINE DU FUTUR. Intelligence artificielle.

Laisser un commentaire

Consulter aussi

SAFETY et PRAMET étoffent leur gamme de fraises à dresser.

La gamme de produits pour le dressage de Safety – Pramet s’enrichit de nouvelles fra…