Journée additive chez Halbronn.

0
0
132

 

 

Le distributeur de machines-outils proposait le 22 novembre une journée de présentation de sa division Halbronn 3D dédiée à la fabrication additive (FA) à Lognes (Seine-et-Marne). Elle permettait aux invités présents de découvrir les procédés SLA, SLS, et DMP ainsi que les solutions et machines proposées.

Selon le rapport Wohlers de 2018, le marché mondial de la fabrication additive (FA) représentait 7,3 milliards de dollars en 2017, avec un taux de croissance de 24,9%. La fabrication additive permet de s’affranchir de la plupart des contraintes qui s’appliquent aux procédés conventionnels, tels que l’usinage, la fonderie ou encore l’injection plastique.

Elle offre de nombreux avantages comme la liberté de conception, la réalisation de pièces monobloc, l’intégration de fonctions, telles que le refroidissement par canaux internes, l’économie de matière et le gain de masse.

La FA est une technique offrant de nombreuses opportunités pour la production de pièces complexes et personnalisées.

 

 

Visite instructive

 

Durant cette journée pleine d’enseignement, on pouvait découvrir les machines 3D Systems, les procédés à base de polymère ou métal, les matériaux ainsi que les dernières nouveautés (la ProX SLS 6100, la DMP 350, la DMP Factory 500). L’accent a été mis sur l’intérêt de l’utilisation de supports en FA.

Leurs rôles sont d’assurer le maintien plateau/pièce, d’éviter l’effondrement de la matière et d’optimiser l’état de surface et selon la technologie, d’évacuer la chaleur. Le logiciel 3D Expert de 3D Systems gère l’ensemble des machines de la marque et accepte le format STEP, compatible avec tous les logiciels de CAO.

Il dispose d’outils de conception dans le cas de modifications mineures.

 

Procédés

 

Les procédés SLA, SLS et DMP représentent trois méthodes de FA parmi celles existantes. Les deux premières autorisent la fabrication avec des polymères et la troisième utilise le métal.

Le procédé de stéréolithographie, plus connu sous le nom de SLA (stereolithograph apparatus), utilise le principe de photopolymérisation pour fabriquer des modèles 3D à partir d’une résine sensible aux UV. Celle-ci est solidifiée par le passage d’un laser UV couche après couche. Elle permet d’obtenir une surface d’impression parmi les plus qualitatives des technologies d’impression existantes.

Le procédé DLP (Digital Light Processing) est similaire à celui de la stéréolithographie à l’exception qu’il utilise une ampoule à la place d’un laser à UV.
La technique, connue en anglais sous le nom de SLS (Selective Laser Sintering), permet d’imprimer des objets fonctionnels sans avoir recours à un liant intermédiaire ou à une éventuelle étape d’assemblage. L’impression se fait couche par couche, à partir de poudres fusionnées, grâce à la température générée par un laser CO2.

L’impression directe en métal (DMP) est une technologie de fabrication additive qui fabrique des pièces complexes en métal de haute qualité. Dans la machine, un laser de haute précision est dirigé vers des particules de poudre métallique, afin de construire de manière sélective de fines couches métalliques horizontales successives.

Cette technologie de pointe permet de produire des pièces métalliques avec des formes complexes qu’il est impossible de réaliser en utilisant les technologies soustractives ou de moulage traditionnelles.

 

A propos d’Halbronn

 

Halbronn 3D propose une offre sur mesure et clé en main en proposant une solution globale à la fois technique, économique et humaine aux problèmatiques de développement de l’industrie.

Société Française depuis 1891, Halbronn dispose de 5 sites en France (Marne-la-Vallée, Chassieu, Marignier, Nantes et Epinal). Depuis 2012, Halbronn a exporté son modèle de spécialisation en Europe, en ouvrant des filiales au Royaume-Uni, Pologne et en Belgique et prévoit de s’installer dans d’autres pays à très court terme.

Depuis 2014, Halbronn s’intéressait à la fabrication additive et a choisi en 2015 de s’adjoindre en exclusivité les services d’un grand constructeur mondial de machines de FA, 3D Systems. En 2018, on peut noter son partenariat avec le Laboratoire Génie de Production de l’ENIT, structure de transfert de technologie ouverte aux entreprises de toute taille pour les accompagner dans leurs processus d’innovation dans le domaine de la fabrication additive : le CEF3D.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par JC-GIROUD
Charger d'autres écrits dans - - - IMPRESSION 3D - USINE DU FUTUR. Intelligence artificielle.

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Siam Cement et PetroVietnam investiront 5,6 milliards de dollars dans le premier complexe pétrochimique du Vietnam

Le conglomérat de matériaux de construction de la Thaïlande Siam Cement Group (SCG) et le …